Accueil » Apprendre à apprendre ! Oui mais comment ?

Apprendre à apprendre ! Oui mais comment ?

apprendre

Apprendre vient du latin apprendere qui signifie « prendre, saisir ». C’est-à-dire « saisir par l’esprit ». Il s’agit de comprendre. Nous allons aborder les conditions d’une autonomie dans l’apprentissage pour terminer sur quelques bonnes pratiques.

Apprendre à chercher tous ce que l’on ne sait pas sur Google

Nous avons peu à peu oublié l’époque où il fallait se rendre à la bibliothèque pour acquérir de la connaissance. Depuis internet est arrivé et nous avons vécu un changement de paradigme. Des nouvelles pratiques d’accès au savoir sont apparues et internet est devenu une source d’information incontournable.

apprendre - recherche google

Nous sommes passés d’un monde ou tous ce que l’on ne savait pas avait beaucoup de valeurs à un monde où la connaissance se retrouve disponible depuis notre smartphone

Grâce à cela le pouvoir des gens a considérablement augmenté mais les mauvaises habitudes sont restées tenaces. En effet, malgré les moyens techniques à notre disposition, beaucoup évitent de rechercher par eux-même et abandonnent. C’est dommage car la plupart des réponses à nos questions sont quelque part sur internet.

Apprendre à avoir confiance en soi

Avoir confiance en soi, c’est surmonter sa timidité. Elle est indispensable pour progresser. Dans l’entrepreneuriat, vous êtes amené à prendre des décisions et faire face à l’inconnu et aux difficultés. C’est une prise de risque qui nécessite de sortir de sa zone de confort.

Le succès est conditionné par le degré de confiance en soi

Le risque est plus ou moins élevé en fonction du type d’entreprise que vous voulez créer. Par exemple, l’entrepreneur d’une franchise prendra moins de risque que celui qui veut créer un nouveau concept. Aussi, l’entrepreneur peu convaincu aura des difficultés à convaincre d’autres personnes. Des barrières qui peuvent être vaincues grâce à de nombreuses méthodes et accompagnements issus du développement personnel permettant de trouver cette confiance en soi.

Apprendre à se motiver et trouver ses routines

Pour être discipliné, il faut d’abord être motivé. Sans motivation, il n’y a pas de discipline. Cela nécessite aussi de se définir des objectifs et de les décomposer en fonction des complexités du problème à résoudre. Ainsi, vous construisez une vision des étapes à franchir. Quand vous abordez un nouveau domaine, c’est comme rencontrer un mur, vous aurez beau vouloir le franchir de toutes vos forces, vous n’arriverez qu’à vous faire mal.

Si vous réduisez la complexité du problème en enlevant brique par brique, vous arriverez progressivement à franchir ce mur au départ infranchissable

Des routines, oui, mais encore faut-il les tenir! Il vaut mieux qu’elles soient simples et en avoir peu. Il est difficile de garder ses routines si elles se transforment en contraintes.

Apprendre à ne jamais cesser d’apprendre

Il est primordial pour apprendre continuellement à se faire plaisir. La curiosité est une partie de l’envie d’apprendre. Elle permet de développer la créativité, la prise de décision, le sens critique, la connaissance des opportunités, etc. C’est une composante salvatrice de l’apprentissage.

apprendre à ne jamais cesser d'apprendre

Ne jamais cesser d’apprendre car la vie ne cesse jamais d’enseigner

L’enseignement est une bonne méthode d’apprentissage puisqu’elle tire vers l’excellence. En effet, la discipline exige une bonne compréhension pour répondre correctement aux questions posées par les élèves. Mais les enseignants ou les experts sont confrontés à leur ignorance dès lors qu’ils se retrouvent en dehors de leur domaine. Ils redeviennent élèves.

L’apprentissage vu par les neurosciences

C’est une discipline qui veut expliquer le fonctionnement du cerveau humain. Une tâche assez difficile tant le cerveau est un organe complexe composé de milliards de neurones.

La plasticité neuronale fait du cerveau humain un organe qui s’adapte tout au long de notre vie

Cette science a identifié les 4 piliers de l’apprentissage :

  1. L’attention : Autrement dit la concentration. Elle nécessite de rester en alerte et filtrer l’information utile.
    L’enseignant ou le manuel à la charge de bien orienter l’attention pour ne pas perdre ses élèves. Et enfin, c’est un contrôle exécutif pour inhiber tout comportement inefficace comme vouloir procéder à deux tâches en même temps. Ces trois conditions évitent la dispersion de l’attention.
  2. L’engagement actif : Le cerveau n’apprend pas en restant passif. Mais paradoxalement plus les conditions d’apprentissage sont difficiles alors meilleure est l’attention.
  3. Le retour d’information : inévitable pour apprendre, L’échec est fertile en nouvelles opportunités. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas la sanctionner. Les neurosciences pensent que le cortex apprendrait de ses prédictions. C’est-à-dire qu’il traiterait ses erreurs pour améliorer les prédictions suivantes. Un système d’itérations en 4 étapes : prédiction, feedback, correction, nouvelle prédiction.
  4. La consolidation de l’acquis : Tout apprentissage nécessite au départ un effort conscient. Mais progressivement, le cerveau va parvenir à une automatisation en libérant le cortex préfrontal pour qu’il redevienne disponible. Enfin le sommeil joue un rôle important dans la consolidation. Les neurosciences ont découvert qu’en permettant à une personne de dormir quelques instants, la mesure de la performance était améliorée. Lors du sommeil, le cerveau met en ordre les nouvelles informations qu’il a reçues.

Quelques bonnes pratiques

  • La prise de notes : Il est toujours plus simple de mémoriser dans le temps avec des notes. Plutôt dans un carnet car les feuilles sont volantes et se perdent. Dans les jours qui suivent la fin de la formation, il est important de reprendre ses notes pour les classifier et les ordonner sur un certain nombre de connaissances. Il se passera de même dans votre tête ou du moins vous serez capable de retrouver rapidement l’information. Toutefois, il existe quelques personnes qui peuvent avoir une mémoire auditive exceptionnelle. Si c’est votre cas, alors vous n’êtes pas forcément concerné par cette pratique.
  • Se poser beaucoup de questions : Retravailler de l’information facilite l’apprentissage et la mémorisation. Si vous n’arrivez pas à vous rappeler pas d’une chose apprise, alors cela indique que vous ne l’avez pas correctement assimilée. C’est une technique qui a le mérite de vous faire approfondir vos sujets.
  • Faire des métaphores : C’est un exercice d’imagination où l’utilisation d’images est très efficace. La mémorisation en est facilitée parce qu’elle fait appel aux émotions plutôt qu’à la raison. Vous en avez déjà lu une plus haut dans cette article. Vous avez pu en lire une plus haut dans cet article. Rappelez-vous ce que j’ai écrit. Pour résoudre des problèmes complexes, j’ai utilisé l’image d’enlever brique par brique le mur que l’on veut franchir.

Et vous, quelles sont vos techniques pour apprendre ?

Source

Dehaene Stanislas “Les quatre piliers de l’apprentissage, ou ce que nous disent les neurosciences” Paris innovation review, paru le 7 novembre 2013, article en ligne : http://parisinnovationreview.com/2013/11/07/apprentissage-neurosciences/

signature Pierre-Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *