Accueil » DEEP WORK – Améliorer Votre PRODUCTIVITE En 4 Règles

DEEP WORK РAm̩liorer Votre PRODUCTIVITE En 4 R̬gles

travail profond

Vous faites peut-être partis de ceux qui cherchent à obtenir un maximum de résultats dans votre travail ou dans une passion ? Vous cherchez un moyen de ne plus vous laisser si facilement distraire ? Vous ne voulez plus subir toutes les distractions qui entament peu à peu votre motivation et vous empêche d’atteindre votre objectif. En cultivant une habitude de profonde concentration, vous allez développer un super pouvoir. Mais cela vous demande d’adopter une approche plus structurée, d’élaborer des routines et de résister à des stimuli distrayants. Privé de toutes récréations, vous allez rediriger votre attention sur une activité approfondie parce que vous aurez mis en place un environnement sain. L’approche du deep work ou travail en profondeur en français va grandement vous aider à rester focus grâce à 4 règles à appliquer pour :

  1. Produire un travail de meilleur qualité en menant vos activités de manière plus intense.
  2. Améliorer votre capacité à rester focus.
  3. Savoir faire des tâches difficiles.
  4. Vous procurer plus de satisfaction dans votre activité au quotidien.

Pour écouter le podcast 😉 :

Cliquez sur “Play” pour l’écouter ou Faites un clic droit ICI, puis cliquez sur “Télécharger” pour le recevoir sur votre appareil (pour l’écouter sur une tablette ou un smartphone par exemple).

deep work : les règles d'un travail profond

Qu’est-ce que le deep work ?

Le deep work est votre faculté à exploiter vos capacités intellectuelles pour en extraire toute la valeur. Pour améliorer vos capacités et vos résultats, vous devez avoir une approche en profondeur.

Twitter, Facebook, Instagram, Youtube… En bref, tous les sites d’info-divertissemment associés aux multiples accès de ces derniers par le biais des smartphones et des ordinateurs fragmentent votre attention. Une conséquence qui ne saurait favoriser le deep work qui demande de longues périodes d’activité ininterrompue.

deep work : les réseaux sociaux nuisent au travail en profondeur

Dans une époque où règne en maître tous ces outils de réseau, le deep work s’apparente à une activité superficielle. Souvent, dans votre activité professionnelle, vous devez :

  • Envoyer et recevoir en permanence des mails comme véritable routeur humain.
  • Avoir des pauses fréquentes pour des instants éphémères de distractions.

Vos efforts sont morcelés pour devenir de moins bonnes qualités. Nous sommes dans une mouvance vers de la superficialité qui est non facilement réversible. Dans cet état de superficialité, trépidante, vous réduisez définitivement votre capacité à travailler en profondeur.

Le Net semble réduire petit à petit la faculté de concentration et de contemplation

NICOLAS CARR

Tous les outils d’info-divertissement vous distrait, alors que votre activité demande une attention permanente, tout en diminuant votre capacité à vous concentrer.

Le deep work a une valeur inestimable

Une valeur qui s’explique de 2 façons :

  1. Une question d’apprentissage : Notre économie de l’information est dépendante des systèmes complexes qui évoluent toujours plus rapidement. Pour conserver votre caractère précieux, dans notre économie du savoir, vous devez maîtriser l’art d’apprendre rapidement des systèmes complexes. Pour y parvenir, vous devez appliquer le deep work. Sans cette capacité, vous risquez d’être à la traîne face aux successions des progrès technologiques.
  2. Son caractère précieux : L’influence des réseaux sociaux est à double tranchant :
    • Si vous parvenez à créer quelque chose d’utile, le public que vous pouvez toucher est “sans limite” et gratifiant pour vous.
    • En revanche, si votre production semble médiocre alors il sera facile pour votre public de trouver une meilleure alternative.

Que vous soyez écrivain, programmeur informatique, responsable marketing, consultant ou entrepreneur. Vous devez évoluer vers votre meilleur niveau. Pour l’atteindre, vous devez avoir une grande attention et de la profondeur.

deep work : les travailleurs du savoir sont de plus en plus nombreux

Beaucoup de personnes n’ont pas perçu que dans notre passage à l’économie de l’information, les travailleurs du savoir sont de plus en plus nombreux. Mener une activité en profondeur est devenue une pratique primordial. Une faculté cruciale pour quiconque cherche à aller de l’avant dans une économie où la concurrence est mondiale.

Les véritables récompenses sont réservées non pas à ceux qui manient aisément un réseau social mais à ceux qui maîtrisent les systèmes faisant fonctionner ce service (une tâche profonde qui est difficile à reproduire).

Cette capacité du deep work, à travailler en profondeur se fait de plus en plus rare tout en devenant de plus en plus précieuse. Ce sont les rares personnes à entretenir cette habilité, puis à l’inscrire au cœur de leur vie professionnelle qui s’épanouissent et connaissent la réussite.

Vous devez réduire tout ce qui est superficiel dans votre vie de tous les jours. Ainsi, vous allez tirer un maximum du temps que vous avez libéré et vos journées seront bâties autour d’une activité en profondeur soigneusement choisi.

3 à 4 heures de’une attention ininterrompue et soigneusement ciblée, 5 jours par semaine peuvent déboucher sur de précieux résultats

En éliminant impitoyablement ce qui est superficiel, vous allez cultiver minutieusement l’intensité de votre profondeur d’attention. Définissez un endroit où vous allez pouvoir entretenir votre capacité à réfléchir en profondeur. C’est ainsi que vous allez pouvoir exploiter et produire une production d’une originalité si remarquable qu’il peut changer le monde. Vous allez entretenir votre capacité à créer de la vraie valeur dans un monde où l’on subit de plus en plus de distractions.

Une vie profonde est une bonne vie

C’est une expérience de grande valeur

Aussi talentueux ou compétant que vous soyez, si vous ne produisez pas alors vous ne pouvez pas prospérer. Vos capacités à maîtriser des choses difficiles et à les faire à un niveau exceptionnel est essentiel. Si vous faites partie des personnes qui cèdent en permanence aux distractions alors ne vous attendez pas à appréhender facilement des systèmes complexes avec habilité.

deep work : être multitâche est un problème

Le fait d’être multitâche est un autre problème parce que lorsque vous tentez de passer d’une tâche A à une tâche B, votre attention ne suit pas immédiatement. Même si vous terminez la tâche A avant de passer à autre chose, votre attention reste divisée pendant un certains temps. Une habitude qui consiste à travailler dans un état de semi-distraction est potentiellement désastreuse pour votre performance. Si vous n’êtes pas à l’aise avec ça, alors il vous sera difficile de parvenir à un niveau de performance optimal, à la fois qualitativement que quantitativement. C’est de plus en plus nécessaire pour vous épanouir professionnellement.

Grâce au deep work, votre talent et vos compétences seront largement au-dessus de la concurrence.

Dans notre économie de l’information, 3 groupes auront un avantage particulier :

  1. Ceux qui sont capables de bien travailler et font preuve de créativité avec ceux qui savent se servir des machines intelligentes.
  2. Ceux qui sont les meilleurs dans leur domaine.
  3. Ceux qui ont accès au capital.

Bien sûr, ce ne sont pas les seuls groupes qui réussiront mais l’important est que ces tendances réussissent. Sans rentrer dans l’un de ces groupes, votre situation a des chances d’être plus précaire.

Voici quelques exemples de personnes qui ont une importante concentration :

  • David Heinemeier Hansson a su exploiter sa capacité à concevoir « Ruby On Rails ». C’est le projet qui a fait sa réputation. David a poussé ses habilités jusqu’à leurs limites et a pu obtenir des résultats concrets et précieux.
  • Nat Silver a su apprendre à manipuler d’énormes blocs de données et à faire tourner des analyses statistiques. Il est le seul qui a fait l’effort d’adapter ses compétences à l’univers des prévisions électorales.

Que votre esprit devienne une lentille, grâce à une attention convergent : que votre âme soit toute tendue vers ce qui s’est établie en vous à l’état d’idée dominante, d’idée absorbante

ANTONIN-DALMACE SERTILLANGES

Dit autrement, pour apprendre, il faut une attention importante. Ce qui se passe dans votre cerveau :

Plus vous améliorez votre habilité plus vous développez de myéline autour des neurones engagés et plus vos circuits correspondant s’activent efficacement et demandent moins d’efforts. Les neuro-scientifiques qui explorent les mécanismes physiques à l’origine des progrès réalisés sur l’exécution de tâches difficiles sont persuadés que la réponse se situe dans la « myéline ». C’est une substance constituée de lipides qui isole et protège vos fibres nerveuses. On peut la comparer à une gaine en plastique qui isole un fil électrique et qui augmente la vitesse de propagation de l’influx nerveux. Toutes nos habilités, quelles soient intellectuelles ou physiques ne sont en fait que des circuits cérébraux.

Pour exceller dans un domaine, il faut être bien “myéliser”

Vous allez pouvoir tirer parti de la loi de la productivité suivante en dédiant des créneaux entiers à une activité très intense qui ne souffre d’aucune interruption :

Un travail d’excellente qualité = Temps passé x Intensité de la concentration

deep work : être productif

Avec une intensité maximale dans votre activité, vous optimisez vos résultats qui sont produits par votre créneau passé à travailler. 2 capacités sont essentielles pour réussir à libérer votre esprit d’entrepreneur :

  • Maîtriser rapidement des choses difficiles.
  • Produire un résultat à un niveau exceptionnel à la fois en qualité et en quantité.

Vous devez affirmer votre capacité à maîtriser les choses difficiles dans la mesure où les technologies évoluent rapidement. C’est un processus sans fin qui demande à être répété encore et encore.

Il faut reconnaître que la capacité à produire quelque chose à un niveau remarquable n’est pas suffisante. Vous devez ensuite transformer votre potentiel en résultats tangibles et qui seront appréciés par les autres.

Les génies même ne furent grands que par l’application de toute leur force sur le point où ils avaient décidé de donner leur mesure

ANTONIN-DALMACE SERTILLANGES

Pour maîtriser une tâche, vous devez avoir une pratique délibérée. Dés lors :

  • Votre attention est centrée sur une tâche bien précise que vous essayez d’améliorer ou sur une idée que vous tentez d’améliorer.
  • Vous allez recevoir un retour qui vous permettra d’améliorer et de corriger votre approche de façon à ce que votre attention reste concrète sur votre tâche la plus importante.
deep work : être concentré sur la tâche à exécuter

Il est important pour vous de vous concentrer sur la tâche à exécuter tout en évitant toute forme de distraction car c’est le seul moyen de favoriser le détachement de la myélisation.

C’est une expérience rare pour de nombreuses personnes

Les réseaux sociaux et messagerie instantanées diminuent la capacité des personnes à atteindre une grande profondeur d‘attention. Une nuisance qui concerne aussi les producteurs de contenus qui sont forcés à être présent sur les réseaux sociaux. Le monde de l’entreprise a tendance à suivre la tendance de nuire au deep work. La solution de facilité n’épargne personne et donne un résultat superficiel.

S’épargner des efforts d’attention et de planification nuit à votre satisfaction à long terme alors que nous sommes à une époque qui valorise de plus en plus la profondeur de concentration. La rareté d’une activité en profondeur peut résulter de mauvaises habitudes. Elles peuvent être causés par un mauvais raisonnement associé à une certaine ambiguïté et une confusion dans votre boulot.

En matière de comportements sources de distraction, il y a la « culture de connectivité » qui est omniprésente pour faire en sorte de lire et de répondre rapidement à vos emails. La raison est que nous avons tendance à opter pour les comportements les plus faciles à afficher sur l’instant.

Vous pouvez développer une approche plus réfléchie dans le choix de vos tâches à effectuer. Prenez la méthode de gestion du temps de David Allen nommée « méthode GTD ». C’est un système très respecté servant à gérer intelligemment vos obligations professionnelles parfois contradictoires.

Une fois que vous aurez décidé de cultiver une éthique sur le deep work, vous pourrez facilement éradiquer les distractions.

C’est une expérience riche

Nous vivons à une époque où tout ce qui est lié à internet est d’office considéré comme novateur et nécessaire. De plus, nous avons tendance à mettre l’accent sur notre « situation » en partant du principe que ce qui nous arrive ou ne nous arrive pas conditionne notre ressenti. L’habitude de souvent vérifier sa boite de réception est une façon imprudente d’organiser sa journée. Vous indiquez à votre esprit que votre journée est empreinte de stress, d’irritation, de frustration et de futilité.

L’oisiveté est la mère de tous les vices

Lorsque vous perdez votre attention, votre esprit se focalise sur quelque chose qui n’est pas adapté pour votre vie. Sur le plan neurologique, une journée empreinte de superficialité et de distractions est susceptible d’être épuisante et contrainte. Même si vos distractions semblent au départ inoffensives et amusantes. Votre cerveau bâtit une vision du monde à partir de « sur quoi vous portez votre attention ».

Si vous vous concentrez sur un souvenir négatif votre vie devient triste et sombre. A l’inverse, pour un merveilleux souvenir, votre existence devient plus agréable.

La personne que vous êtes, ce que vous pensez, ressentez et faites, ce que vous aimez est la somme de ce sur quoi vous vous concentrez

WINIFRED GALLAGHER

Il est plus facile d’apprécier le résultat de vos tâches que les distractions. Une expérience optimale où le deep work est doté d’objectifs, de retour d’informations et de défis. Autant d’éléments qui vont vous inciter à vous investir dans votre activité pour faire quelque chose d’appréciable. Vous évoluerez à votre meilleur niveau si vous êtes profondément immergé dans une activité stimulante. Pour pousser votre expérience de façon optimale, vous devez :

  • Pousser votre esprit jusqu’à ses limites.
  • Vous concentrer et vous perdre dans une activité.

Bâtir une expérience professionnelle autour de l’expérience optimale générée par le deep work est la voie assurée vers la satisfaction profonde

En cultivant votre habilité, vous réussirez. Le deep work donne du sens et apporte une grande satisfaction professionnelle. Que vous soyez rédacteur, spécialiste du marketing, avocat, consultant, etc, vos tâches sont artisanales et si vous exploitez votre habilité alors aurez une vie sera profonde et satisfaisante.

Vouloir prouver sa productivité n’est pas la solution

Nombreux sont les travailleurs qui souhaitent prouver que ce sont des membres productifs dans leur équipe. Cependant, ils ne savent pas toujours tout à fait quelle est leur objectif. Pour combler cette lacune, nombreux sont ceux à se retrouver vers la dernière époque au cours dans laquelle la productivité était plus universellement observable : l’ère industrielle et l’avènement du taylorisme.

En l’absence d’indicateurs clairs de la productivité et de sa valeur, ils font beaucoup de choses de façon très voyante. Voici des exemples de comportements néfastes pour votre profondeur d’attention :

  • Envoyer et répondre à toute heure à vos emails.
  • Participer à des réunions en permanence.
  • Intervenir sur les messageries instantanées dans les secondes qui suivent la réception d’une question.
  • Errer dans les bureaux pour soumettre vos idées à tous ceux que vous croisez.
deep work : Vous envoyez et répondez à toute heure à vos emails.

Des attitudes prises pour montrer à tout le monde que vous êtes efficace. D’autres raisons expliquent pourquoi le travail en profondeur n’est pas une priorité pour la plupart des entreprises :

  • L’absence d’objectifs clairement définis pour votre poste.
  • La croyance que notre culture de « l’internet » est bonne quel que soit son impact sur notre faculté à produire des choses précieuses.
  • La difficulté à mesurer directement la valeur du deep work.
  • Le coût à payer lorsqu’on l’ignore.

La profondeur de concentration deviendra de plus en plus rare donc de plus en plus précieuse

Les 4 règles du deep work

1. Prendre l’habitude de travailler en profondeur

Pour tirer le meilleur parti de vos séances, vous devez instituer des rituels avec rigueur et originalité. Concentrez-vous sur ce qui est primordial. Vous devez agir en direction de vos indicateurs stratégiques : évaluer les comportements sur la base de vos résultats qui mèneront vers votre succès. Vous pouvez tirer parti d’une collaboration pour accroître la qualité de votre travail. Faites régulièrement le point sur ce que vous avez fait. Si vous n’êtes pas vraiment discipliné, planifiez les tâches à faire de la semaine à venir.

2. Éteindre l’ennui

Faites une pause après une période à rester focus plutôt que de suivre une période de destruction. Peu importe votre façon de concevoir la programmation de vos créneaux, vous devez vous efforcer de ne pas utiliser Internet lorsque vous êtes en dehors. Pour vous y aider, ayez une méditation productive en vous occupant physiquement plutôt que mentalement.

3. Dire Adieu aux réseaux sociaux

Tous ces outils fragmentent le temps dont vous disposez et nuisent à votre faculté d’attention. Rejeter l’état d’hyper-connectivité implique de ne plus utiliser Internet pour se divertir. Adoptez une rigueur pour vous améliorer en privilégiant d’autres activités en dehors de votre travail. Un comportement eu égard à votre objectif de réduire l’influence des outils de réseau qui nuisent à votre capacité de travailler en profondeur (deep work). C’est en offrant à votre esprit quelque chose de tout à fait sérieux que vous serez plus épanoui. Offrez à votre cerveau une alternative de qualité.

4. Fuir la superficialité

En disposant de moins d’heures, vous pouvez les utiliser de manière plus pertinente. En identifiant la superficialité dans votre emploi du temps, vous allez pouvoir la réduire à son strict minimum. Avant de passer à l’action, prenez l’habitude de planifier votre journée en créneau comme de 9h00 à 11h00. La durée minimum de votre créneau est de 30 minutes. Vous pouvez les définir aussi pour des périodes de détentes. C’est en étant structuré que vous ne sombrerez pas dans le superficiel et que vous serez amené à traiter votre temps avec respect.

Ce sujet peut vous intéresser aussi :

Pour aller plus loin…

Tu peux te procurer le livre en cliquant sur le lien ou l’image ci-dessous et t’abonner à la Newsletter pour être sûr de ne rien louper 😉

Cal Newport Dans : Deep work : retrouver la concentration dans un monde de distractions  [En ligne] Format Livre papier et numérique disponible sur : < https://amzn.to/2Vh6cKc >

signature Pierre Christophe

4 Comments

Très difficile de détecter la superficialité quand on est dedans… On se perd facilement! 🙂 Il faut savoir prendre du recul pour se rendre compte que ce qu’on fait n’est pas toujours profond…
Merci pour cet article !

Merci pour cet article complet et très détaillé sur le sujet qui implique d’ailleurs de le lire avec beaucoup de concentration pour ne pas en perdre une miette. Une mise en pratique immédiate. 👍🏼

Merci pour cet article complet et très détaillé sur le sujet qui implique d’ailleurs de le lire avec beaucoup de concentration pour ne pas en perdre une miette. Une mise en pratique immédiate. 👍🏼