Accueil » DEVENIR UN MONOPOLE : 4 Façons De Capter La Valeur

DEVENIR UN MONOPOLE : 4 Façons De Capter La Valeur

Si vous utilisez d’anciens modes de création de richesse. Cela ne vous permettra probablement pas de vous enrichir et encore moins pour devenir un monopole. Il est difficile pour une entreprise de créer de la nouveauté et l’est davantage d’y parvenir seul. Certains intérêts bien établis refusent la prise de risque et les hiérarchies administratives paralysent. L’important au départ est de capter ne serait-ce qu’une partie de la valeur générée dans un marché. Je vous présente les principales caractéristiques d’une situation monopolistique avant de vous délivrer les 4 conseils ou étapes pour vous permettre de devenir un monopole :

  1. Avoir des paliers comme objectifs.
  2. Conserver une souplesse, une légèreté et une agilité.
  3. Être capable de faire mieux que ce que le marché propose.
  4. Être d’abord focaliser sur le produit que sur le reste.

A lire aussi ✅ cet article pour trouver le projet qui vous passionne en 2 méthodes et entreprendre malgré les obstacles et devenir inarrêtable « 2 façons de trouver le projet qui vous passionne« 

Pour écouter le podcast 😉 :

Cliquez sur « Play » pour l’écouter ou Faites un clic droit ICI, puis cliquez sur « Télécharger » pour le recevoir sur votre appareil (pour l’écouter sur une tablette ou un smartphone par exemple).

Monétiser la valeur avant de vouloir devenir un monopole

Dans ce jeu, au départ pour devenir un monopole, la simple création de valeur ne suffit pas, il faut aussi pouvoir en capter une partie. Même de grandes entreprises peuvent se révéler être de mauvaises affaires. La plupart des gens pensent que la concurrence est saine. C’est un piège où plus il y a de concurrence moins vous y gagnez. C’est une idéologie qui a déformé la pensée.

devenir un monopole : le piège de la concurrence

Dans le langage des affaires, on retrouve malheureusement, trop de métaphore guerrière comme « chasseurs de tête », « marché captif », etc. Comparer le monde des affaires à la guerre se révèle en fin de compte destructeur. Nombreux sont les chefs d’entreprise à se concentrer sur la croissance à court terme. Ils y succombent en se concentrant sur :

  • Les statistiques.
  • Les objectifs de chiffres d’affaires mensuels.
  • Les rapports trimestriels.

En faisant cela, ils évitent la question la plus importante :

Est-ce que l’entreprise sera encore là d’ici 10 ans ?

Tous les chiffres que vous aurez ne suffiront à répondre à cette question. Ce qui importe, c’est de générer des flux de trésorerie dans le futur. A ce jeu, il est préférable d’être le dernier entrant.

Se concentrer sur son produit plus que ses concurrents

La nouveauté de la pensée d’une entreprise est la force la plus importante. Elle l’est même avant l’agilité qui est la souplesse de son espace de pensée du fait de la petite taille de l’entreprise. Un monopoliste créatif est un puissant moteur de son amélioration. Il est bénéfique à la société et dans un monde dynamique, il est toujours possible d’inventer et d’améliorer.

La promesse de décennies de profits monopolistiques incite fortement à l’innovation. Les entreprises monopolistiques peuvent continuer et innover grâce à leurs profits pour financer et élaborer d’ambitieux projets à long terme. Les autres confrontées à la concurrence peuvent en rêver.

La réussite d’une entreprise est proportionnelle dans sa capacité à faire, ce que d’autres ne savent pas faire. On peut dire que le monopole est la situation de toute entreprise qui réussit. Néanmoins, elle détient un monopole parce qu’elle résout un problème unique. A l’inverse, celles qui ne parviennent pas à échapper à la concurrence échouent.

Un monopole créatif s’exprime par de nouveaux produits qui sont profitables à tout le monde avec des bénéfices durables pour son créateur. A l’inverse, la concurrence s’exprime par l’absence de profit et de différenciation significative. Elle lutte pour sa survie.

devenir un monopole : la concurrence s'exprime par une lutte pour sa survie

Ce désir et cette prédominance de la compétition que nous avons s’est imposé à cause de notre système éducatif. C’est une obsession qui est alimentée par :

  • Le principe de notation pour mesurer chaque étudiant entre eux.
  • Les mêmes sujets sont enseignés de la même manière sans prendre en compte le talent pour les préférences des étudiants.
  • Les étudiants ne sont pas incités à donner le meilleur d’eux même.

Au final, les salariés sont obsédés par leurs niveaux pour des raisons d’avancement ou de carrière. Ensuite, l’entreprise l’est elle même avec ses concurrents sur son marché. Le drame dans cette approche est que les personnes perdent de vue ce qui compte vraiment en se laissant obnubiler par leurs rivaux. La rivalité nous pousse à copier ce qui a fonctionné par le passé et à accorder trop d’importance à d’anciennes opportunités.

La valeur actuelle d’une entreprise repose sur la somme de tout l’argent qu’elle gagnera dans le futur. Bien souvent, les entreprises technologiques perdent de l’argent les premières années. Les bénéfices sont retardées car il faut du temps pour construire de la valeur. Une entreprise technologique peut commencer à devenir rentable dans au moins 10 ou 15 années après sa création. Elles ont une pente où il est difficile de ne pas succomber :

La croissance est facile à mesurer, pas la durabilité

Même si chaque monopole est unique, il existe une récurrence dans ses caractéristiques :

  • Une technologie exclusive : En général, la technologie devra être au moins 10 fois plus efficace que son plus proche modèle et dans un domaine suffisamment important. Votre produit deviendra difficile et même probablement impossible à répliquer. Ou votre produit est capable d’améliorer de façon significative une solution existante.
  • Des effets de réseaux : Le produit devient plus utile à mesure que de nouvelles personnes s’en servent.
  • Des économies d’échelles : Les coûts fixes peuvent être ventilés grâce à un volume de vente supérieure.
  • Une image de marque : C’est un moyen de revendiquer un monopole.

Les 4 grandes leçons pour espérer devenir un monopole

Depuis le krach Internet des années 2000, certains chefs d’entreprises ont hérité de 4 grandes leçons :

  1. Avancer par pallier : De modestes étapes sont le meilleur et le plus sûr moyen d’avancer. Il faut savoir être humble pour quiconque qui voudrait changer le monde.
  2. Rester simple et souple : Les entreprise doivent faire simple pour être capable de gérer l’imprévu. La planification à outrance est synonyme de rigidité et d’arrogance. Il est préférable de mettre les choses à l’essai. C’est une forme d’expérimentation où vous avancez par itération successives.
  3. Améliorer ce que font les concurrents : Vous ne devez pas chercher à créer un nouveau marché mais plutôt de vous établir avec une clientèle préexistante. Améliorez des produits déjà proposés par des concurrents qui ont déjà réussi.
  4. Se concentrer sur le produit plutôt que les ventes : Tout repose avant tout sur le produit et non pas sur la distribution. La croissance visible est celle qui est virale.

Si vous savez que la concurrence est une force destructrice au lieu d’un signe de valeur, alors vous êtes surement plus sain d’esprit que la majorité. A ce jeu de la concurrence et dans une guerre qui n’en vaut pas la peine, tout le monde est perdant. En échappant à la concurrence, vous avez la possibilité de devenir un monopole. Mais il peut s’avérer être une bonne affaire que s’il a un avenir durable. Le plus important est d’avoir une réflexion critique sur les caractéristiques qualitatifs de votre entreprise.

devenir un monopole : échapper à la concurrence

La technologie exclusive, les effets de réseau, les économies d’échelles et l’image de marque nécessite d’avoir soigneusement choisi son marché et d’opter sur l’expansion pour devenir un monopole. A ce jeu, il vaux mieux dominer un petit marché plutôt qu’un grand. Une fois que vous avez dominé votre marché de niche, vous devriez peu à peu l’étendre à des marchés connexes qui soient légèrement plus vaste. Bon nombre d’entreprises, Apple, Microsoft, Google, etc, ont commencé par dominer une niche avant de se déployer à des marchés adjacents.

En élaborant des plans pour s’étendre sur d’autres marchés, vous évitez la concurrence autant que possible 😉 Vous pouvez être le dernier entrant d’un marché de niche. Grâce à votre développement significatif sur un marché assez spécifique, vous vous offrez l’opportunité d’engranger des années de profits après avoir réussi à devenir un monopole. Il est plus facile de croître est de dominer une petite base. Mais si c’est plus facile à dire qu’à faire, dans ce cas de figure, les affaires sont comme un jeu d’échec.

Pour gagner, il faut avant toute chose étudier la fin de la partie

PAUL CAPABLANCA

Ce qu’il faut retenir :

Pour espérer devenir un monopole, votre entreprise doit résoudre un problème unique en échappant à la concurrence ou être capable d’améliorer significativement un produit déjà existant. Votre produit est plus important que sa distribution et pour viser l’aspect qualitatif, posez-vous la question suivante « Est-ce que mon entreprise sera toujours là d’ici 10 ans ? ». Pour une entreprise technologique, il faut parfois attendre 10 voire 15 ans pour qu’elle ne deviennent rentable. Il existe 4 critères définissant un monopole :

  1. Une technologie exclusive.
  2. Des effets de réseaux.
  3. Des économies d’échelles.
  4. Une image de marque.

Il existe 4 leçons tirées de l’éclatement de la bulle Internet des années 2000 :

  1. Avancer par pallier.
  2. Rester simple et souple.
  3. Faire mieux que les concurrents.
  4. Se concentrer d’abord sur le produit avant sa distribution.

Ce sujet peut vous intéresser aussi :

Pour aller plus loin…

Tu peux te procurer le livre en cliquant sur le lien ou l’image ci-dessous et t’abonner à la Newsletter pour être sûr de ne rien louper 😉

Peter Thiel avec Blake Masters Dans : De zéro à un [En ligne] Format Livre papier et numérique disponible sur : < https://amzn.to/2SO3aJ1 >

signature Pierre Christophe

4 Comments
Un très grand merci pour ces conseils, qui tombent à pic, au moment où je me lance! Cela me rassure et m’aide à prendre confiance!
Super article, clair et précis !!