Accueil » Se réconcilier avec le désordre pour en tirer parti

Se réconcilier avec le désordre pour en tirer parti

se réconcilier avec le désordre

Le désordre n’est pas nécessairement l’absence d’ordre

Pour donner une définition simplifiée, un système est désordonné lorsque ses éléments sont disséminés ou embrouillés. Ou encore, s’il apparaît tel quel à un observateur extérieur. Toutes ces modifications peuvent être attribuées dans une certaine mesure au hasard.

De nombreux systèmes sont soumis au désordre :

  • Le trafic automobile
  • Un programme
  • L’art
  • Les relations humaines
  • La pensée elle-même
  • etc…

Souvent, un système apparaîtra en désordre par un manque d’un certain ordre. Il s’épanouit à la faveur d’un ordre inopérant plutôt que d’une absence d’ordre. Par exemple, tu peux remplir une pièce avec toutes sortes de rangement, de classeurs et de meubles à tiroirs sans parvenir à rien d’autres que de l’encombrer ! Tu dois comprendre que la plupart des désordres de la vie quotidienne sont issus d’un ordre perverti. C’est à dire, une organisation ou un principe de rangement qui pour diverses raisons ne fonctionne pas ou n’est pas compris.

Différents types de désordres :

  • Le fouillis : Des éléments éparpillés dans des positions ou des situations contraires à la norme.
  • Le disparate : Cette fois ils occupent des positions conformes à la norme mais les éléments sont ordonnés aléatoirement.
  • L’étalement dans le temps et l’éparpillement : Un bon exemple, la procrastination, les tâches et événements ne sont pas programmés ou très peu.

Cliquez ICI pour vous poser les bonnes questions sur la procrastination. Identifier sa source pour la traiter et libérer votre potentiel d’entrepreneur “Procrastination : 1 façon de se libérer des pensées limitantes

  • L’improvisation : Les événements, tâches ou processus ne sont pas déterminés à l’avance.
  • L’inconsistance (l’incohérence ou l’irrationalité) : Des changements fréquents et arbitraires. Une quantité respectable de désordre peut être observée.
  • Le flou : Quelque soit son degré, l’imprécision peut contribuer au flou et peut être catégorisé dans la circonvolution.
  • Le bruit : L’information ou le processus sont soumis à une influence extérieure qui peut être perturbatrice sans être nécessairement aléatoire.
  • La dispersion : L’action de se disperser, de fragmenter ses efforts ou son attention, etc.
  • L’excitation avec rupture de continuité (le saut) : Ton niveau d’activité est plus important et plus intense que ne l’exige la nécessité et l’habitude. Dés lors , ils tendent à devenir imprévisibles.
  • La circonvolution : Fondée sur une intuition ou qui est d’une façon ou d’une autre illogique. On dira de projets organisationnels, qu’ils sont opaques et excentriques.
  • L’agglomération : Il y a peu de filtres pour restreindre certaines entités dans un système ou lorsqu’une entité n’est pas exclue en l’absence de filtre.
  • La distorsion : Un composant qui n’est pas dans son état ordinaire ou qui est faussé, distendu, tordu, mal aligné, délabré.
La pochette de l'album de l'album Dark side in the moon des Pink Floyd et la représentation de la dispersion en mécanique ondulatoire - Un exemple d'ordre dans le désordre
La pochette de l’album de l’album Dark side in the moon des Pink Floyd et la représentation de la dispersion en mécanique ondulatoire – Un exemple d’ordre dans le désordre

A l’inverse, dans l’ordre, tu auras :

  • Le rangement
  • L’homogénéité
  • La composition
  • La cohérence (la consistance)
  • L’isolation
  • La catégorisation
  • La mise au point (netteté)
  • La clarification
  • Le calme
  • La conservation
  • La purge (l’élimination)

Te reconnais-tu dans l’une de ces catégories ?

  • Le terroriste du désordre : Pour assouvir ta satisfaction et ton propre avantage, tu cherches à perturber ton environnement.
  • Le terroriste de l’ordre : Pour assouvir ta satisfaction et ton propre avantage, tu empoisonnes la vie des autres.
  • Le faux minutieux : Pour cacher l’ordre, tu cultives le désordre.
  • Le faux brouillon : Pour cacher le désordre, tu cultives l’ordre.
  • Le pervers amateur de désordre : Tu aimes le désordre pour le désordre.
  • Le pervers amateur d’ordre : Tu aimes l’ordre pour l’ordre.
  • Celui qui remet au lendemain toute réalisation : Tu ne cesses de réorganiser et de repenser.
  • L’expert du désordre : tu tires du désordre des potentialités toujours plus surprenantes.
  • Le tartuffe de l’ordre : Tu n’as de cesse de montrer que tu as atteint un niveau supérieur d’ordre.
  • Le tartarin de l’ordre : Tu attribues à ton génie de l’organisation des réussites qui sont largement dues au hasard.
  • L’éternel victime du désordre : Tu te considères comme un génie de l’organisation et tu attribues les échecs à des causes extérieures ou au hasard.
  • L’intégriste de l’ordre : Ta conception de l’ordre est toujours la meilleure.
  • Le “Mais si !” : Tu prophétises l’ordre.

L’ordre et l’organisation se paye parfois au prix fort

Dès l’enfance, nous sommes confrontés à devoir rentrer dans le moule de l’ordre et de l’organisation. Rappelles-toi, lorsque tes parents rentraient de leurs activités professionnelles et parfois fatigués, ils pouvaient rapidement s’agacer devant ton incapacité à adopter des comportements prévisibles.

En consacrant tout ton temps à l’organisation, tu n’en auras plus pour travailler. Néanmoins, si tu refuses à l’organisation la moindre attention, tu risques de te rendre compte que les opportunités de travail viendront à manquer.

Le classement de papiers en désordre peut te faire gagner en efficacité

Pour le classement de papiers, il te faut les sortir, les reposer sur ton bureau pour pouvoir travailler. Plus tard, tu devras les reclasser. Imagine, tout le temps que tu passes chaque jour à classer et à récupérer tes papiers. Tout dépend de la complexité du volume et du type de documents qui te sont adressés. Mais tu peux considérer que c’est autant de temps en moins pour t’acquitter de ton réel travail.

Dans le monde de l’entreprise, de nombreuses études ont démontré la valeur de la planification stratégique.C’est à dire leur bon fonctionnement mais une ombre subsiste. Suite à l’analyse de ces études, il s’est avéré qu’elles étaient essentiellement menées sur la base d’entretiens avec des cadres supérieurs afin de vérifier l’intérêt qu’ils portaient à la planification stratégique. Tu l’auras deviné les planificateurs ont tendance à penser que leur activité est utile. Il s’est avéré que les entreprises recourant systématiquement à la planification stratégique ne réussissent pas mieux en moyenne que celles qui y consacrent moins d’efforts.

La planification à long terme peut enfermer l’entreprise dans des stratégies erronées concentrant toutes les énergies sur des occasions qui ne se matérialiseront jamais tandis que les véritables opportunités seront ignorées.

Dans l’organisation d’une entreprise, alléger, répartir, ou mettre en réseau ne rend pas forcément un système plus compliqué, moins organisé ou plus désordonné. Bien au contraire, toues ces initiatives peuvent se finir en cauchemar de la sur-organisation. Comme beaucoup d’entreprises en ont fait l’expérience dans les années 1990.

Les individus comme les entreprises ou les institutions pêchent fréquemment par excès d’organisation.

Nous manquons d’études sérieuses démontrant dans quelle mesure la désorganisation et l’angoisse du désordre empoisonne nos esprits. Nombre d’entre nous attribue à tort toutes sortes d’échecs au désordre.

Si la désorganisation a pour origine nos comportements, pourquoi vouloir l’étouffer avec autant d’ardeur chaque fois qu’elle se manifeste ?

La façon d’appréhender le désordre peut être source de tension

Il fut un temps où le désordre pouvait régner sur le monde. Les hommes préhistoriques n’étaient pas moins désordonnés que les autres animaux. Mais dans la lutte pour la vie et avec le temps, classement et rangement ont produit certains avantages. Ainsi, nous avons trouvé le moyen de distinguer les champignons. Ceux qui étaient comestibles et ceux qui étaient vénéneux; D’alterner les territoires pour laisser le gibier se reconstituer, de stocker les peaux et les outils dans un coin de la caverne. Pour en disposer rapidement en cas de fuite et d’initier des tours de garde…

Etre brouillon, désorganisé et désordonné n’est rien d’autre que :

  • Agir sans méthode
  • Semer ses affaires
  • Etre incohérent ou contradictoire
  • Improviser
  • Éparpiller ses effets
Face au désordre, le sentiment déplaisant d'être plus, mieux ou différemment organisé

Ce sentiment déplaisant que nous devons être plus, mieux ou différemment organisé semble universellement répandu. Beaucoup associent soit à l’ordre, soit au désordre des souvenirs d’enfance comme la peur de la colère parentale lorsque est bouleversé un salon aménagé comme un musée ou à l’inverse la joie d’être entouré d’une mer de jouets.

Beaucoup de gens sont soucieux par la propreté, l’ordre, s’estiment trop désorganisés et trop désordonnés. Ils craignent de passer tel quel aux yeux des autres.

N’as-tu jamais pensé que ton lieu de travail pêchait par excès de désordre ?

Dans les relations, le désordre n’est souvent pas le problème mais plutôt la façon dont l’autre conçoit le rangement. Entre ces deux personnes opposés, la bohème très désordonnée et l’autre très soigneuse et ordonnée, la tolérance globale au désordre s’avère difficile. Toutefois, il faut reconnaître que certains types de désordre peuvent conduire au stress et au ressentiment.

6 qualités à développer pour te réconcilier avec le désordre

Tu peux te poser la question suivante :

La dépense que représente cet effort, vaut-il vraiment le temps, l’énergie ou l’argent que je vais y consacrer ?

Le désordre a ses vertus constructives comme la souplesse. Il facilite une créativité incompatible avec certaines formes de pouvoir. Par exemple, un vol d’oies peut rester en formation sans aucun commandement centralisé. Chaque oiseau y respecte un certain nombre de règles pour maintenir une configuration parfaite sans pour autant sombrer dans le désordre.

S’ouvrir à un certain degré d’aléatoire et l’accepter permet de s’en faire un allié. Il confère 6 avantages :

  • La flexibilité.
  • Des capacités de complétudes, c’est à dire d’achèvement des tâches.
  • Des capacités de résonance, c’est à dire une relation féconde avec une pratique impliquant une confiance sur son efficacité.
  • L’invention.
  • L’efficacité.
  • La solidité.
Albert Einstein un exemple avec son bureau en désordre

Un autre exemple dans le désordre. Einstein et son bureau de “institute for advanced study” de Princeton dans le New Jersey. D’après toutes les photos et des témoignages, son bureau était dans le plus extraordinaire des désordres. Et pourtant il est connu mondialement pour son travail hors du commun, un parrain du désordre utile.

Nul besoin d’être un génie pour saisir qu’il n’est pas insensé de ne pas rangé son bureau car il en coûte d’en maintenir l’ordre. Un bureau en désordre peut constituer un système efficace d’accès et de hiérarchisation de documents. A toi de mettre en oeuvre des stratégies pour garder à portée de mains le travail dont tu as besoin.

L’une des caractéristiques du bureau en désordre est qu’il reflète la personnalité. Les pensées sont comme tout individu ambiguës, variables et imprévisibles. Elles naissent et meurent dans le désordre.

En reconnaissant les bénéfices de ton propre désordre, tu pourras diminuer ton stress

Tu pourras toujours augmenter ton niveau de désordre du moment que la tâche est faite correctement.

Professeur à l’université de Californie à Los Angeles et auteur reconnu, Jared Diamond s’est demandé si le développement de l’agriculture représentait un progrès. Dans un de ses ouvrages, il a fait observer que les chasseurs-cueilleurs menaient une vie agréable en ne travaillant que 15 heures par semaine environ et en passant le reste du temps à se détendre et à dormir.

On dira qu’il faudra un patron fort pour diriger une entreprise organisée tandis qu’un patron faible ira s’égarer sur la voie de la désorganisation et du désordre. Cependant, le désordre peut s’avérer parfois profitable. Fondé rarement sur la faiblesse, certains patrons savent cultiver un désordre très productif.

Chaque entrepreneur peut trouver son style de désordre qui lui est propre

Il sera efficace et fructueux et unique en son genre. Son désordre sera souple et peut se manifester sous toutes les formes imaginables et dans presque toutes les entreprises. Ton talent d’entrepreneur te serviras à tirer parti de cette diversité.

Et toi, quel exemple de désordre tu aprécies ?

Pour aller plus loin…

Eric Abrahamson, David H. Freedman Dans : Un peu de désordre = beaucoup de profit(s) [en ligne] Format Livre papier disponible sur : < https://amzn.to/37wHCFR >

signature Pierre-Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *