Accueil » La critique – Comment y réagir ?

La critique – Comment y réagir ?

la critique

Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que cette nouvelle identité d’entrepreneur n’est pas évidente. Bien souvent vous allez rencontrer un premier obstacle : La critique.

Vous n’avez pas la chance de tester votre idée et de valider votre projet, vous savez sans doute de quoi je parle !

L’opinion des autres !

Vous ferez souvent face à des critiques dès que vous parlerez de votre projet ayant un peu d’envergure et d’ambition. Que ce soit pour :

  • Faire un tour du monde.
  • Vouloir devenir riche.
  • Devenir champion dans une discipline sportive.
  • Vivre de votre passion.
  • Un projet de reconversion.
  • Se lancer dans une sorte de projet innovant.
  • etc…

Vous serez probablement sous les feux des critiques. Elles sont rarement constructives et réfléchies. Cela se produira d’autant plus si vous vous écartez de la norme de ceux qui sont susceptibles de vous critiquer.

D’un autre coté, cette mise en garde peut réveiller votre égo accompagné d’une fierté mal placée. Dès lors que vous êtes enfermé dans votre tour d’ivoire, les critiques constructives peuvent toutes se transformer en critiques non constructives.

Tout le problème réside dans une seule question sinon deux :

  • La critique est-elle viable ?
  • Pour être plus précis, les critiques s’appuient-elles sur des éléments extérieurs concrets plutôt qu’une simple opinion ?

La critique à la poubelle ?

Vous ressentirez sans doute une vive émotion négative chez votre interlocuteur à chaque critique exprimée à votre égard. Il est probable qu’à cette réaction de votre interlocuteur, vous lui renvoyez :

  • Soit de l’exaspération.
  • Soit du dédain.
  • Soit de l’arrogance.
  • Soit de la colère.

Vous serez confronté à l’exaspération inconsciente d’une frustration intérieure ou à un échec chez votre interlocuteur. Il aura peu de chance d’être objectif dans sa diatribe à l’égard de votre projet.

Vous pouvez évaluer la critique en vous posant les questions suivantes :

  • La critique est-elle constructive ou non ?
  • Peut-elle vous faire progresser vers l’accomplissement de votre projet ?

Si la critique n’est pas constructive, vous avez deux possibilités :

  • Vous l’évacuez “en tirant la chasse d’eau“.
  • Vous questionnez votre interlocuteur pour qu’il développe sa pensée.

Sinon, la critique est constructive et mérite de la prendre en compte et de l’approfondir.

Pour une critique non constructive, elle a demandé un temps de réflexion extrêmement court chez votre interlocuteur et ne permet pas de réfléchir à votre projet sous un autre angle.

Les phrases suivantes tombent sous cet angle :

  • Tu vas te planter !
  • Ce n’est pas pour toi !
  • Ça n’intéressera personne !
  • C’est mauvais !
  • Personne ne sera intéressé par ce truc !
  • etc…

Sachez que, même si les experts ne peuvent prédire dans leur domaine avec certitude si votre projet peut réussir alors personne ne le pourra. L’imprévisibilité fait partie intégrante de la réussite dans la création d’une entreprise. Donc personne et encore moins vos proches ne peuvent comprendre et prédire la réaction des autres après le lancement de votre projet.

Apprenez à filtrer les questions critiques pour prendre votre décision

Il est de votre responsabilité de distinguer les critiques constructives de celles qui ne le sont pas. Celles qui vous apportent quelque chose et non celles qui n’ont aucun autre but que de vous faire culpabiliser.

Une personne présentant son projet face à la critique

La critique la plus neutre est celle qui sera la mieux entendue. Elle est particulièrement importante lorsque vous présentez votre projet pour la première fois.

Voici les conditions d’une critique constructive :

  • Elle vous fait réfléchir.
  • Elle est non agressive.

Pour évaluer si une critique est constructive, vous pouvez commencer par essayer de remettre en question les affirmations péremptoires de votre interlocuteur. Posez-lui des questions comme celles-ci :

  • D’où viennent tes informations ?
  • Les as-tu vérifiées ?
  • etc…

Grâce à ce type de questions vous pourrez vous rendre compte si votre interlocuteur vous communique un trésor d’informations ou non. Toutes vos questions pourront parfois avoir le mérite de faire prendre conscience chez votre interlocuteur la superficialité de ses connaissances sur le sujet.

Voici les 3 filtres qu’une critique doit passer :

  • Est-elle neutre ?
  • Est-elle constructive ?
  • Est-elle viable ?

Si la critique valide ces 3 filtres, alors vous pouvez vous posez les questions suivantes et y répondre :

  • Est-ce qu’elle porte sur des éléments sur lesquels j’ai une influence et a une influence sur la viabilité de mon projet ?
  • Est-ce qu’elle porte sur des éléments sur lesquels j’ai une influence et n’a pas d’influence sur la viabilité de mon projet ?
  • Est-ce qu’elle porte sur des éléments sur lesquels je n’ai pas d’influence et a une influence sur la viabilité de mon projet ?
  • Est-ce qu’elle porte sur des éléments sur lesquels je n’ai pas d’influence et n’a pas d’influence sur la viabilité de mon projet ?

Vous pouvez vous aider de la matrice suivante :

La critique ?porte sur des éléments sur lesquels j’ai une influenceporte sur des éléments sur lesquels je n’ai pas d’influence
a une influence sur la viabilité de mon projet Cas n°2Cas n°1
n’a pas d’influence sur la viabilité de mon projet Cas n°3 Cas n°4

Cas n°1 – Exemples :

  • La concurrence est trop importante dans ce secteur !
  • La crise a fait perdre du pouvoir d’achat et tu auras du mal à vendre tes produits !

Si les critiques sont fondées et viables, alors vous pouvez sérieusement les considérer. Pensez à examiner les éléments sur lesquels vous avez une influence pour tenter “d’inverser la vapeur” des effets négatifs que vous ne pouvez pas maîtriser.

Cas n°2 – Exemples :

  • Ce secteur est complètement saturé. Vous devriez plutôt en trouver un autre !
  • Ces produits ne s’achètent qu’en été, votre date de lancement n’est pas appropriée !

Vérifiez que ce genre de critique repose sur des éléments vérifiables et concrets au lieu de suppositions ou hypothèses. Si elle s’avère pertinente, alors elle peut vous faire gagner du temps et vous éviter une grosse erreur qui vous aurez peut-être conduit tout droit à l’échec.

Cas n°3 – Exemples :

  • Votre stratégie de communication n’est pas la meilleure, vous devez la changer même si elle fonctionne !
  • Vous n’êtes pas assez cher pour atteindre un maximum de rentabilité !

Il vous appartient de mettre en place ou non des actions correctives. Il y a toujours une meilleure façon de faire qu’une autre. Il y a toujours des choses à redire sur tout ! Vous pouvez balayer certaines de ces critiques car vous devez être un essentialiste. C’est à dire que vous devez apprendre à faire et à vous concentrez sur ce qui est le plus important à un instant T.

Entreprendre n’est pas éliminer tous les problèmes, c’est d’abord choisir ses problèmes plutôt qu’on vous les impose

Cas n°4 – Exemples :

  • Tu n’as ni l’envergure, ni les diplômes pour y arriver !
  • Personne ne parviendra à te comprendre dans ta clientèle parisienne à cause de ton accent du sud !

Dans ce cas vous pourrez oublier purement et simplement toutes ces critiques.

Au final vous êtes le seul maître à bord. Vous êtes le seul juge de la viabilité de votre projet. Sachez conserver une bonne écoute et décidez par vous même !

Pour aller plus loin…

Olivier Roland Dans : Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études [En ligne] Format livre papier et numérique disponible sur : < https://amzn.to/2vxaBMl >

Disponible Gratuitement en audio pendant 30 jours avec la version d’essai Audible

2 commentaires sur “La critique – Comment y réagir ?”

  1. C’est l’effet miroir que l’on produit sur les autres lorsque l’on réalise ou souhaite réaliser un projet qu’ils ne comprennent pas ou ne feront pas.

    Par peur, jalousie, ou manque de connaissances ou de vision lorsque les gens n’arrivent pas à se projeter, leur réflexe est de critiquer. C’est une manière de se rassurer parce qu’ils ne comprennent pas.

    Les gens n’aiment pas voir les autres faire ce qu’ils ne feront pas eux mêmes.
    C’est pour cette raison qu’il faut justement passer à l’action et vivre ses rêves ou du moins mettre en place ce qu’il faut pour les vivre. Peu importe le résultat.

    Le tout étant de garder sa ligne directrice et de persévrer dans ce que l’on croit.

    Merci pour cet article.

    1. Pierre Christophe Callac

      Bonjour Luc,
      Comme pour le chasseur, il y a la bonne critique et la mauvaise critique. Cet article vous aide à faire le trie pour ne garder et prendre en compte que la critique constructive.
      Merci pour tes mots 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *